Morgane Doche, discrète et indispensable observatrice

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Patrick et Morgane

Depuis le début de notre aventure, Morgane Doche, Maxime Fradin et Patrick Martin nous suivent équipés de caméra, d’enregistreurs et d’appareils photo. Ils captent les moments d’intimité entre les enfants, les situations difficiles, le désarroi des enfants ordinaires face à des réactions qu’ils ne comprennent pas, nos activités… Bref, la concrétisation de notre projet. Ces images montées par Morgane constitueront la web série diffusée au cinéma Max Linder de Créon et sur Télé Canal Créonnais. Rencontre.

Morgane Doche a 27 ans, elle est étudiante dans une école d’audiovisuel et se destine à être monteuse. Cette voie, c’est celle qu’elle s’est choisie après un bac pro secrétariat qu’elle a détesté. « En tant qu’handicapé on nous envoie trop souvent vers les secteurs tertiaires », regrette-t-elle. En situation de handicap, elle a perdu l’usage de la parole quand elle était petite. Sa voie professionnelle est pour elle un combat, « je veux qu’on m’écoute », assène-t-elle en conclusion du documentaire « A cœur ouvert » qu’elle a réalisé en 2013 et qui, début 2014 a remporté le concours Infracourts, organisé par France 2. Elle fait l’objet de ce poignant documentaire. Elle y décrit sa situation, son rapport aux autres, ce qu’elle ressent. L' »enfermement » qu’elle vit, elle le partage avec les enfants autistes. Son sujet de prédilection. Car si elle travaille actuellement sur nos abeilles et nos coccinelles, elle réalise également en parallèle un documentaire sur des jumeaux autistes. Avec cette web série, elle souhaite justement « donner la parole » aux enfants autistes. Non pas par le langage, mais « par les gestes, les postures », accompagnés par ses commentaires écrits.

Une revanche sur le silence

Morgane Doche fascine par sa ténacité et sa soif de revanche. « J’ai choisi de faire des films pour montrer à tous ceux qui n’ont pas cru en moi qu’ils ont eu tort », exprime-t-elle dans son documentaire. Et quand on évoque les soutiens dont elle bénéficié pour sa poursuite d’études, « ça a été compliqué », élude-t-elle. Pourtant, c’est en pro qu’elle vient chaque mercredi son portable à la main pour pouvoir communiquer avec les parents et les animateurs en pianotant dessus à toute vitesse. Malgré son silence, elle n’a ainsi aucun mal à s’intégrer. Sa présence et son sourire font tomber les barrières de la non-communication verbale.

Cette rencontre nous permet de prendre du recul avec l’importance du langage. Pour l’inconscient collectif – et le conscient aussi, d’ailleurs ! –  il est l’élément qui révèle la personne, ses sentiments, ses compétences, ses capacités intellectuelles… Et quand il n’y est pas, on a vite tendance à imaginer que tout cela n’existe pas. C’est ce que Morgane dénonce dans son documentaire :

 » Mais qu’est-ce que corps a de si extraordinaire pour qu’on s’étonne que je sache penser ? »

Un propos qu’elle semble lancer au visage de ceux qui pourraient la regarder avec incompréhension.

Morgane, médiateur (inconscient) des coccinelles ?

Même si Morgane n’est pas autiste, elle nous pousse à repenser la communication avec l’autre. Et nous permet de remettre le langage a sa place d’outils.

Réaliser cela nous aide à appréhender nos enfants autistes dans leur globalité et non à travers le prisme du rapport social car plus que la parole c’est l’élément qu’ils ne sont pas encore parvenus à mettre en place. D’ailleurs, on ne comprend bien nos coccinelles que lorsque l’on analyse leur comportement après coup. Avec l’aide des parents et des intervenants. Sur le moment, les réactions des autistes paraissent impulsives, inexplicables et donc déconcertantes. Mais c’est beaucoup plus profond. On le réalise, un peu honteux… C’est le travail que Virginie a partagé avec nous à la suite de la dernière séance, à propos de Morgane justement.

Chaque mercredi, la fillette a une attention toute particulière pour Morgane, mais trop brutale pour la frêle réalisatrice. Camille cherche Morgane du regard et se précipite sur elle, emportant tout sur son passage… Tout particulièrement mercredi dernier où elle a passé une partie de la journée à pourchasser Morgane. Voici comment nous l’avons perçu. Et voici comment ce que Camille souhaite exprimer :

Picto Camille« De retour du jardin, Camille me fait une première phrase en pictos : « je suis contente d’aller au jardin et de voir la fille ». Elle n’a pas le picto femme donc met celui de fille. Je lui demande qui est la fille : Léa, Talia ? Elle va chercher son album photo pictographié de l’association, va dans la rubrique « Projet Coccinelles extra et abeilles ordinaires », tourne les pages de son classeur et trouve une photo où figure en arrière plan Morgane.
Camille poursuit avec une 2ème phrase en pictos : « La fille (Morgane) a peur ». Je lui réponds : « oui, tu es contente de la voir mais tu lui fais mal. Il faut faire doucement. » Elle me sourit et me fait la troisième phrase : « je veux travailler avec elle » puis 4ème phrase : « je veux jouer avec elle ».
Elle apprend, ainsi, en dehors des demandes courantes de type « je veux manger, regarder l’ordinateur… A  décrire ce qu’elle voit « Je vois » et ce qu’elle ressent « je me sens », explique Virginie.

 

Des progrès que Virginie décrit très bien dans son blog.

 

Si ce glissement entre Morgane et les enfants s’est fait de manière aussi naturelle, cela signifie bien que nous ne pouvions trouver meilleure réalisatrice pour filmer notre projet.

Nous lui souhaitons bonne continuation dans sa carrière professionnelle.

 

Publicités
Cet article, publié dans Portrait, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Morgane Doche, discrète et indispensable observatrice

  1. Cindy dit :

    Magnifique! Il y a des personnes qui nous touchent au plus profond de nos âmes et de nos coeurs. Au jour d aujourd’hui malheureusement l handicap fait encore peur,les gens sont pleins de préjugés par ignorance… Il est grand temps que les regards changent… Un grand merci et un grand bravo pour cette jeune femme!

    J'aime

  2. Merci et bravo pour le travail que vous faites, merci pour tous ces enfants qui ont tant besoin de personnes comme vous ! Vous avez bravé ceux qui n’ont pas crû en votre projet.

    J'aime

  3. Ping : Une expérience qui doit continuer | Coccinelles extra et abeilles ordinaires

  4. Ping : Coccinelles extra et abeilles ordinaires : la série ! | Coccinelles extra et abeilles ordinaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s